Coup d’État au Niger : la démocratie et la vie des plus vulnérables en jeu -OHCDH-

ETIQUETTES : NIGER, ONU, CEDEAO, coup d’Etat,

GENÈVE (18 août 2023) – Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a exprimé aujourd’hui ses graves préoccupations pour le peuple nigérien qui a été contraint d’endurer encore plus de misère à la suite du coup d’État militaire du mois dernier, appelant les généraux à rétablir immédiatement l’ordre constitutionnel.

« Le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde, extrêmement vulnérable au changement climatique. Les gens ont déjà traversé tant de difficultés au fil des ans », a déclaré Türk.

« Maintenant, les personnes mêmes qu’ils ont élues pour construire une voie pour mettre fin à leur misère ont été chassées par la force contre l’ordre constitutionnel et détenues par les putschistes. Ils doivent être libérés immédiatement et la démocratie restaurée.

LIRE AUSSI : Les raisons du putsch au Niger, selon Evgueni Prigozhin

Près de la moitié de la population vit dans l’extrême pauvreté (vivant avec moins de 2,15 dollars par jour) et des millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire. Depuis le coup d’État, leur situation s’est aggravée. Les frontières du pays enclavé ont été fermées, le commerce s’est arrêté, il y a eu de graves coupures d’électricité et les prix des denrées alimentaires ont augmenté.

Le Haut-Commissaire a appelé à un accès total et libre de l’aide humanitaire, y compris des biens, des vols et du personnel, afin de permettre l’entrée de vivres, de médicaments et d’autres secours essentiels dans le pays.

Türk a également fait part de ses inquiétudes concernant la décision annoncée par les putschistes de poursuivre le président Mohamed Bazoum et d’autres personnes travaillant avec lui pour haute trahison. « Cette décision n’est pas seulement politiquement motivée contre un président démocratiquement élu, mais n’a aucune base légale car le fonctionnement normal des institutions démocratiques a été mis de côté », a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI : Les trois raisons du coup d’État au Niger, selon un expert

Une répression de l’espace civique, y compris des allégations d’intimidation contre des journalistes, des interdictions de médias internationaux et d’autres restrictions affectant la liberté d’expression et de réunion publique, est également très préoccupante, a ajouté le Haut-Commissaire.


Türk a déclaré que le récent schéma de changements anticonstitutionnels de gouvernement par les forces militaires en Afrique de l’Ouest – le putsch du Niger est le sixième dans la région au cours des trois dernières années – est profondément troublant et que les coûts sont toujours supportés par la population locale.

« La notion même de libertés au Niger est en jeu », a déclaré le Haut-Commissaire, notant que la victoire de Bazoum en 2021 était la première transition démocratique de l’histoire du pays sujette aux coups d’État. « Les généraux ne peuvent pas prendre sur eux de défier – sur un coup de tête – la volonté du peuple. La règle par arme n’a pas sa place dans le monde d’aujourd’hui.

#Niger #CEDEAO #CoupdEtat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *