Niger : Les putschistes se préparent pour la guerre

Etiquettes : Niger, junte militaire, CEDEAO, France, intervention militaire,

Les soldats mutins qui ont renversé le président nigérien Mohamed Bazoum ont annoncé ce week-end une série de mesures qui, selon les analystes, visent à renforcer leur emprise sur le pouvoir tout en se préparant à se défendre contre toute tentative militaire des dirigeants régionaux de réintégrer Bazoum.

La junte dirigée par le général Abdrahmane Tchiani a ordonné aux forces armées nigériennes de se mettre en état d’alerte maximale face aux « menaces d’agression contre le territoire national » et a demandé aux gouvernements militaires du Mali et du Burkina Faso voisins d’envoyer des troupes pour aider à les défendre. Il a également donné lundi un délai à l’ambassadeur de France pour quitter le pays et a organisé un rassemblement pour rassembler le soutien nécessaire pour forcer les troupes françaises à partir.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi que l’ambassadeur du pays resterait au Niger. Macron s’est prononcé fermement contre les putschistes tout en insistant sur le fait que la France n’est pas l’ennemi du Niger.

LIRE AUSSI : Les raisons du putsch au Niger, selon Evgueni Prigozhin

« Notre politique est la bonne. Cela dépend du courage du président Mohamed Bazoum, de l’engagement de nos diplomates et de notre ambassadeur sur le terrain qui reste malgré les pressions », a déclaré Macron lors d’une réunion des ambassadeurs de France à Paris.

Seidik Abba, chercheur nigérien et président du Centre international de réflexion et d’études sur le Sahel, basé à Paris, a déclaré que la junte tente de renforcer sa position et de repousser les tentatives du bloc régional de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO, de faire pression sur le gouvernement militaire pour qu’il renverse sa position. le coup d’Etat.

« Le risque d’une guerre (entre le Niger et le bloc régional) est encore assez élevé », a déclaré Nate Allen, professeur associé au Centre africain d’études stratégiques. Il a déclaré que la junte s’aligne sur les régimes du Mali et du Burkina Faso dans « une orientation anti-occidentale et pro-autoritaire très forte ».

La CEDEAO a déclaré qu’elle devait annuler le coup d’État au Niger pour « arrêter la spirale des coups d’État » en Afrique de l’Ouest. Lors d’une réunion samedi avec Molly Phee, la plus haute diplomate américaine chargée des affaires africaines, le président du bloc, le président nigérian Bola Tinubu, a accusé la junte nigérienne d’essayer de « gagner du temps » après l’échec des négociations visant à réintégrer Bazoum, qui reste en détention.

« Le consensus de la CEDEAO est que nous ne permettrons à personne de gagner du temps sans sincérité », a déclaré Tinubu, ajoutant qu’il a retenu le bloc « bien qu’il soit prêt à toutes les options » qui pourraient inclure une intervention militaire au Niger.

Avant l’éviction de Bazoum le mois dernier, le Niger, une ancienne colonie française, était considéré comme le dernier partenaire majeur de l’Occident contre la violence djihadiste dans la région du Sahel, au-dessous du désert du Sahara, en proie à un sentiment anti-français. La rupture des liens avec les Français, comme cela s’est produit après les coups d’État militaires au Mali et au Burkina Faso, montre « un nouvel ordre mondial qui émerge au Sahel et marque en quelque sorte la fin de l’État postcolonial dans beaucoup de ces pays ». pays » colonisés par la France, a déclaré Abba, chercheur au Sahel.

LIRE AUSSI : L’Algérie met en garde contre l’ingérence étrangère au Niger

La CEDEAO n’a pas fourni de détails sur ce à quoi ressemblerait une intervention militaire, si ce n’est qu’elle serait dirigée par une force dite en attente. Le Mali et le Burkina Faso sont tous deux confrontés à des problèmes de sécurité intérieure, tandis que le Nigeria, qui est également confronté à des violences meurtrières, représente environ la moitié des quelque 450 000 militaires combinés dans les 11 autres États membres du bloc. La Guinée fait également partie des pays qui se sont rangés du côté du Niger.

Le bloc se trouve dans une position difficile avec l’alliance Niger-Mali-Burkina Faso et avec ses interventions passées qui dépendent souvent du soutien international, a déclaré Allen du Centre africain d’études stratégiques.

Les putschistes au Niger « envisagent de rester au pouvoir à long terme », a-t-il déclaré. « C’est un schéma typique que nous avons observé dans les régimes militaires… ils dépassent souvent leur accueil pendant très longtemps. »

#Niger #CEDEAO #France #InterventionMilitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *