Ce qui fait courir Paris…

Ainsi donc et comme l’on s’y attendait, sachant le soutien inconditionnel de toujours de la France à la politique coloniale du Maroc au Sahara occidental, François Hollande comme tous ses prédécesseurs depuis que Valery Giscard d’Estaing a réaffirmé sans aucune précaution oratoire l’appui de Paris à la pseudo.solution que le souverain marocain en dépit de tout bon sens veut imposer aux Sahraouis. Faut-il s’en étonner quand on sait que le locataire de l’Élysée ne fait que reconduire en politique extérieure et en particulier pour ce qui est du Sahara occidental celle qui a toujours été celle de gouvernants français depuis l’occupation illégale du territoire par le Maroc. 
Ceux qui pensaient que le Président socialiste allait rompre avec une politique bien établie se sont lourdement trompés d’autant qu’ils ont été fourvoyés par les ambiguïtés de celui qui montre qu’il est indécis en tout et qu’il n’a aucun cap, si ce n’est celui que lui dicte la conjoncture et ses diplomates qui ont pris depuis, fort longtemps, et cause pour les thèses du Maroc au détriment de la justice et du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination. De fait le chef de l’État français éclaboussé par les retombées de l’affaire Cahuzac, un scandale sans précédent dans les annales de la Ve République avait la tète ailleurs au royaume enchanté comme s’il n’avait à cœur que de se débarrasser des corvées d’une visite gâchée, qu’il devait effectuer pour équilibrer avec celle qu’il a effectué en Algérie à la fin de l’année dernière. 
Ainsi, et faisant fi des résolutions de l’Onu que la France, qui est tout de même membre du Conseil de sécurité, le dernier signe de puissance qui lui reste de sa grandeur passée, a ânonné la positon que lui dicte le Quai d’Orsay, dont le tropisme et le parti pris pour le Maroc sont de notoriété publique. Un parti pris savamment encouragé par le Maroc dont la diplomatie se résume au Lobbying et à l’achat des consciences. 
L’Histoire récente des relations franco-marocaines est riche de ces hommes d’État et autres ambassadeurs qui se sont vendus au Maroc pour soutenir contre vents et marées son occupation coloniale du Sahara occidental Qui plus est la diplomatie française s’est toujours évertuée en dépit de tout bon sens et s’évertue encore à nier le fait national sahraoui et faire croire que le conflit du Sahara occidental est un conflit entre le Maroc et l’Algérie. Alors pourquoi être surpris par la position d’un François Hollande, qui excelle dans le louvoiement et qui voit dans le Maroc un « modèle de stabilité » et qui «salue la vivacité de la démocratie » au Maroc, alors que peu avant sa visite, des milliers de manifestants ont défilé dans les villes marocaines pour dénoncer les atteintes aux libertés élémentaires et la faillite d’une politique imposée par un souverain dont le seul souci est son bon plaisir et l’enrichissement des siens.
Mokhtar Bendib

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*