Sahara occidental : Les Tunisiens solidaires

Le comité tunisien de solidarité avec le peuple sahraoui a été créé en marge des travaux du Forum social mondial (FSM).
La cérémonie de création du comité s’est déroulée en présence de la délégation sahraouie conduite par Mohamed Cheikh Lahbib, secrétaire général de l’Union des travailleurs sahraouis, de représentants des différentes composantes de la société civile tunisienne, du président de la coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui et plusieurs responsables d’associations de solidarité avec le peuple sahraoui de France, d’Espagne et d’Italie. A cette occasion, les intervenants ont souligné la nécessité de « briser le black out » imposé à la lutte du peuple sahraoui, dénonçant les violations flagrantes des droits de l’Homme perpétrées par le régime marocain et le non respect des chartes et traités internationaux.
Le président de la coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui, Pierre Galland, a indiqué que le Forum social mondial a adopté une « position honorable » à travers son soutien de la lutte du peuple sahraoui pour la concrétisation du principe d’autodétermination et son soutien à tous le peuples opprimés de par le monde. Il a rappelé que l’occupation marocaine au Sahara Occidental « ne cesse de piller les richesses de ce pays et de bafouer les droits légitimes du peuple sahraoui”, qualifiant cela de “crimes de guerre» ce qui, selon lui, exige la « présentation du régime marocain devant la cour internationale ». Il y a une « complicité internationale notamment de la part de la France qui empêche le conseil de sécurité de prendre des positions fermes contre le Maroc », a-t-il encore dit avant de souligner la position de l’Espagne qui « ferme les yeux devant cette cause juste ».
Ces puissances « contribuent au pillage des richesses naturelles du peuple sahraoui », a -t-il déploré. De son côté, le président du comité algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, M. Mahrez Lamari, a souligné le soutien immuable de l’Algérie des causes justes des peuples et leur droit à l’autodétermination et leur libération du joug colonial en tant que valeurs et idéaux de la révolution algérienne face au colonialisme français. Mohamed Fodhil, représentant de l’Union des étudiants de Tunisie a affirmé selon des informations recoupées que la cause du peuple sahraoui faisait l’objet de « black out médiatique effroyable », rappelant que « les crimes commis contre les enfants du peuple sahraoui ciblés par des raids au napalm et au phosphore ».

La MAP utilise l’expression «Sahara occidental»


Dans un cas inédit dans sa ligne éditoriale, l’agence de presse marocaine Maghreb arabe presse (MAP) a utilisé l’expression « Sahara occidental », la dénomination légale du territoire disputé entre le Maroc et le Front Polisario. Les médias officiels, partisans et indépendants l’ont toujours appelé « Sahara marocain ». Le terme « Sahara occidental » a été utilisé dans une dépêche de la MAP diffusée à Nouakchott le 28 mars suite à la réception organisée par le président mauritanien à l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross : Celui-ci s’est rendu en Mauritanie dans le cadre de sa tournée actuelle dans l région. La MAP a informé que Ross a signalé que « sa sa visite à Nouakchott s’inscrit dans le cadre de sa tournée dans la région, consacrée à la recherche d’une solution à la question du Sahara occidental conformément aux résolutions du Conseil de sécurité». Au Maroc, l’utilisation de cette expression pour désigner l’ancienne colonie espagnole était un motif d’emprisonnement et d’accusation de haute trahison.

Algérie News, 31 mars 2013

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*