Le légendaire « tberguigue » du Makhzen

Chkima perfide!
En voudrait-on à Téhéran de ne pas avoir, à l’image des pays sahélo-sahariens, lancé d’invitation au Maroc pour s’associer aux travaux du G15 ?

M. Z, mohamed_zaaf@yahoo.fr

Des personnages de la scène politique marocaine ont, dans une surprenante coordination, évoqué d’une seule voix, comme dans une chorale, le péril qu’il y avait dans la fréquentation iranienne de notre région maghrébine et mis en garde contre le « nucléaire militaire algérien », activité que les « frères » marocains sont les seuls à arriver à percer dans le monde. « Téhéran met un pied au Maghreb avec la bénédiction de Bouteflika », titrait un journal marocain au lendemain de la visite de Manouchehr Mottaki, venu remettre une invitation au Président pour participer au sommet du G15 à la mi-mai à Téhéran. A nos yeux d’Algériens, Mottaki est une personnalité des plus respectables. Il n’est surtout ni un Shimon Peres, ni un Lieberman, ni une vipère du style Tzipi Livni ou l’un de ces sinistres monstres aux mains dégoulinant de sang palestinien qui viennent régulièrement souiller la terre marocaine et, partant, maghrébine. Tous savent que le Maroc pilote officiellement le Comité El-Qods, mais qu’il reste dans les faits le grand cheval de Troie des juifistes dans la région. Comme tous savent que bien qu’il ne soit pas membre de notre triste Ligue arabe, l’Iran se tient aujourd’hui à l’avant-garde de notre combat contre Israël l’usurpateur. En voudrait-on à Téhéran de ne pas avoir, à l’image des pays sahélo-sahariens, lancé d’invitation au Maroc pour s’associer aux travaux du G15 ? Alger serait-elle tenue de défendre l’indéfendable, qui a choisi de rester fidèle à ses principes et de se mettre du côté de la victime sahraouie et non de celui de son bourreau ? Que Téhéran soutienne la lutte d’indépendance sahraouie, cela ne fera que l’agrandir, qu’elle ne le fasse pas ne changera absolument rien au choix d’Alger. Quoi qu’il en soit, au Maroc, on entretient l’illusion de voir s’exercer des pressions américaines et françaises sur l’Algérie pour l’amener à réduire sa coopération avec l’Iran. Comme si Alger pouvait avoir la docilité du Makhzen… Le Maroc peut toujours se consoler de « l’étonnement » de Michel Thiollière, un Français qui fait partie du Sénat, cette instance qui reste la seule au monde à classer les tueries de 132 ans comme des « bienfaits ». La France ne s’était-elle pas opposée, il y a un an à l’ONU, à un texte garantissant plus les droits humains dans les territoires sahraouis occupés ?

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*