Wikileaks : La « Marche Verte » était un leurre

La Marche Verte a commencé le 30 octobre 1975 et non pas le 6 novembre comme indiqué dans la date des commémorations officielles, pour bloquer une éventuelle intervention militaire de l’Algérie contre l’invasion du Sahara Occidental par le Maroc. C’est ce que révèle un câble diplomatique envoyé par l’ambassade américaine à Rabat daté du 30 octobre 1975. Et de pacifique, elle n’avait rien puisqu’elle était accompagnée d’un contingent de 20.000 soldats de l’amée marocaine.
´En plus l’ordre de départ de la Marche n’a été donné par Hassan II qu’après avoir conclu les 3/4 de l’accord signé avec l’Espagne sur le Sahara Occidental.
Un autre câble daté du 23 octobre dévoilait les termes du pacte conclu entre Hassan II et le envoyé espagnol José Solis, Ministre du Mouvement à l’époque.
Le document, adressé au Département d’État de Henry Kissinger, résume une conversation de Hassan II avec les représentants américains qui fait un compte-rendu de la réunion. Le monarque s’est montré optimiste car « trois quarts du problème avaient été réglées après l’accord conclu avec Solis ». Le Pacte a établi que la Marche verte, comme grande idée du roi ouissam alaouite, devait aller en avant. « Le concept est mien. L’Organisation est mienne. Je vais donner l’ordre de franchir la frontière. Il n’y a que le peuple qui puisse l’annuler et s’il le fait, il se peut que moi aussi je dois faires mes valises et déménager dans ma démeure à Madrid « , a prévenu le monarque.
En contrepartie, le Maroc et en Espagne ont accordé chercher au régime une sortie « élégante » du Sahara qui lui permette de « garder les apparences ». L’idée était d’utiliser les Nations Unies pour légitimer l’occupation marocaine à travers un référendum « contrôlé ». Pour cela, ils compterait avec l’aide de la Mauritanie et des USA. Les négociations ultérieures serviraient, selon le câble, à travailler et définir cette formule. En outre, Solis a profité de cette rencontre pour annoncer que l’Espagne renonçait à un Sahara indépendant et, en plus, et pour rassurer Washington, cesserait de considérer l’Algérie, alliée de l’Union soviétique, comme « partie intéressée ».
La Tribune du Sahara, 15 avril 2013

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*