Le Maroc n’a rien à craindre grâce au soutien de ses alliés africains

La tournée de Sa Majesté le roi du Maroc Mohamed VI dans l’Afrique de l’Ouest et la chaleur de l’accueil manifestée dans chacune de ses scales, reflettent l’influence et le poids dont jouit le Maroc dans l’ensemble du continent africain.
A tour de rôle, les dirigents du Sénégal et de la Côte d’Ivoire ont remercié le souverain marocain de l’effort de développement consenti par le Maroc pour raffermir l’économie de leurs pays respectifs et exprimé leur soutien clair et sans équivoque à la position marocaine sur le conflit du Sahara Occidental.
Comme souligné par l’ensemble de la presse ivoirienne et marocaine la Côte d’Ivoire est un allié du Maroc pour le Sahara et le soutien du président Allassan Ouattara sera décisif dans l’issue final du conflit qui oppose le Maroc aux « terroristes du Polisario ». D’ailleurs les déclarations du ministre des affaires étrangères malien, Tiémane Coulibaly, à New York constituent la balle de grâce pour le mouvement du Polisario.
Les déclarations des dirigents de ces puissants pays africains ont fait écho dans le monde entier, ce qui contribuira largement à incliner la balance en faveur du projet d’autonomie marocain proposé pour clôre le conflit artificiel du Sahara Occidental, un contentieux créé de toutes pièces par l’Algérie.
Les lecteurs habituels de notre blog vont sûrement être surpris par le titre et le contenu des premiers paragraphes de cet article. En tout cas, c’est l’idée véhiculée par la presse makhzénienne qui veut tirer des profits imaginaires du soutien d’une poignée de pays africains qui ne méritent même pas la dénomination d’Etat.
Concernant le Mali, son état actuel en décrit largement la pourriture de la situation créée par une poignée de voleurs et de mafiosos dont les connexions avec les cartels de la drogue ne sont plus à prouver. L’absence d’un Etat digne de son nom a jetté la population dans les mains de la mouvance terroriste et la misère quotidienne au point de n’avoir ni armée ni police ni aucune institution qui mérite d’être citée.
Le Côte d’Ivoire, un pays ravagé par la guerre inter-ethnique, malgré le volontarisme d’Alassane Ouattara de se mettre au devant de la crise malienne et ainsi remercier la France de l’avoir intrônisé, piétine à sa place faute d’avoir les moyens et une armée capable d’accomplir cette mission.
Si, pour gagner la bataille du Sahara Occidental, le Maroc ne doit compter que sur le soutien de pays pareils, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas sorti de l’auberge. Par contre, si c’est pour la consommation interne, les brevis marocaines en ont trouveront un regal pour leurs gorges.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*