La France doit saisir l’occasion de tisser des liens avec les sahraouis

La machine de propagande et le lobby marocain ont tout fait pour maintenir l’ambiance prévalant dans l’époque révolue de la Guerre Froide dans le but de défendre la politique expansionniste du Maroc à l’origine du conflit du Sahara Occidental depuis ke retrait espagnol en 1975. 
Le lobby marocain qui occupe des points clés à l’Hexagone s’applique, depuis plu de 37 ans, avec véhémence pour que la France abandonne les idéaux qui constituent le fondement même de sa république moderne et donner en pâture le peuple sahraoui aux marocains. 
Au nom de quelques intérêts purement économiques, et au nom d’une guerre de vengeance non déclarée contre l’Algérie, la France a délivré au Maroc un « permis d’extermination » contre le peuple sahraoui au détriment même du bien-être du peuple marocain qui regarde, les mains attachées, comment ses ressources sont spoliés au nom d’une nouvelle guerre froide créée de toutes pièces par le Makhzen et ses lobbies occultes dans l’Etat français.
Au nom de cette guerre occulte, la France empêche la MINURSO (Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental) de veiller au respect des droits de l’homme dans le territoire du Sahara Occidental et dans les camps des réfugiés sahraouis. Et au nom de cette guerre non dite, la France a aidé le Maroc a maintenir un statu quo dont les résultats menace l’intérêt suprême de la France dans toute la région de l’Afrique du Nord. 
Au nom d’une alliance fantomatique avec le régime sanguinaire du Maroc, l’Etat français empêche les sociétés françaises de profiter des avantages du marché vierge algérien. Des avantages qui dépassent largement ceux offerts par une économie marocaine basée essentiellement, comme l’a souvent souligné l’Observatoire Français contre les Drogues, sur les revenus du trafic du cannabis estimés par la même source à plus de 10 milliards dollard.
Avec des liens étroits avec le Sahara Occidental, les sociétés françaises obtiendraient des contrats collossaux pour exploiter les nombreuses richesses naturelles dont regorge le territoire. Ce qui s’est avéré impossible contre la volonté du peuple sahraoui. Les 4 décennies de conflit constituent la preuve irréfutable de la maîtrise de ce peuple sur ses ressources naturelles. En témoigne, l’impasse accusé par l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc et le refus de la communuté internationale de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara Occidental. 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*