« Le Maroc doit cesser sa guerre coloniale qui absorbe toutes ses ressources et d’accepter le droit du Sahara occidental à l’autodétermination » (Dr Mouhoubi)

Le Dr Salah Mouhoubi, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris (spécialité monnaie et finances publiques), titulaire d’un doctorat de 3e cycle de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de l’université de Paris et diplômé de l’Institut des hautes études internationales de l’université Panthéon-Sorbonne à Paris 2, dans cet entretien accordé à Algérie News, sur la visite et les déclarations de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, lors de son séjour à Alger, la semaine dernière, a souligné que l’Algérie ne peut aider à l’intégration des pays du Maghreb alors que le Maroc mène une guerre de colonisation au Sahara occidental.
« Je ne comprends pas les interférences du FMI concernant la souveraineté de l’Algérie, notamment ses rapports avec le Maroc en particulier. Ce n’est pas la première fois que le Fonds nous presse à faire quelque chose pour aider les pays du Maghreb pour aller vers plus d’intégration. Mais sur quelle base ? Nous avons un lourd contentieux avec le Maroc, par exemple. Nous allons faire fi de nos intérêts pour faire plaisir à l’Occident et au Maroc ? Comment voulez-vous que l’Algérie puisse aider à l’intégration des pays du Maghreb alors que le Maroc mène une guerre de colonisation au Sahara occidental ? Est-ce qu’on a dit au Maroc de cesser sa guerre coloniale qui absorbe toutes ses ressources et d’accepter le droit du Sahara occidental à l’autodétermination ? Ce n’est pas à l’Algérie de financer le développement ni du Maroc ni du Maghreb parce que nous avons nos propres problèmes », a-t-il dit.
Le Dr Mouhoubi a souligné que « ce qui est dommage, c’est que le Fonds monétaire international prenne le relais des revendications marocaines en occultant les intérêts de l’Algérie. On fait comme si c’est l’Algérie qui empêche de tourner en rond. Pourtant l’Algérie aide les pays du Maghreb d’une manière indirecte. Nous avons des millions de touristes algériens qui vont au Maroc et en Tunisie et cela rapporte de l’argent à ces deux pays. Nous n’avons jamais fermé nos frontières. Il ne faut pas omettre de signaler qu’en dépit d’une frontière fermée avec le Maroc, il y a une circulation des produits et surtout que le marché algérien est inondé par la drogue qui provient du Maroc. Donc que chacun balaie devant sa porte ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*