Prisons marocaines : Des détenus sahraouis en danger de mort

Par Rafik Bakhtini
Le comité de suivi de la situation des détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines a qualifié dans un rapport l’état de santé des grévistes de la faim de critique, a indiqué ce dimanche, tard dans la soirée, un communiqué de l’Agence de presse sahraouie (SPS). Les grévistes entament leur 24e jour de grève de la faim à la prison de Salé, ajoute le comité affirmant qu »ils sont dans l’incapacité de marcher ou de se déplacer et trouvent des difficultés à parler ». Certains grévistes à l’instar de Ali Salem Tamek souffrent d’insuffisance fonctionnelle rénale, de difficulté respiratoire, d’hypotension tandis que d’autres éprouvent des douleurs aiguës au niveau de l’estomac et du cœur. Par ailleurs, les détenus politiques sahraouis dans la prison de Tiznit se trouvent dans un « état critique » à leur 22e jour de grève de la faim. Le détenu Binahou El-Fadhel représente le cas « le plus critique » suite à une hypotension. Dans les prisons de Taroudent, Benslimane, Kenitra et Marrakech, les détenus politiques sahraouis poursuivent leur grève illimitée de la faim pour le sixième jour consécutif tandis que trois autres détenus entament leur cinquième jour de grève de la faim à la prison de Boulmahrez à Marrakech. Les détenus politiques sahraouis dans la prison noire (redoutable  » carcel negra  » en espagnol) de El Aaiun , capitale du Sahara Occidental occupée par le Maroc, entament leur quatrième jour de grève de la faim en solidarité avec tous les détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines.
Photo : Fadhli Binahou, dans la prison de Tiznit

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*