Le Maroc a peur des officiers de la MINURSO

Nous livrons aujourd’hui la première guerre de l’ère des e-mails, des blogs, du blackberry, des messageries, des appareils photo numériques, des téléphones portables, des talk-radios et des informations en continu. Certes, l’ennemi est habile dans la manipulation des médias et l’utilisation des outils de communication à son profit, mais nous avons aussi un avantage: la vérité est de notre côté, et elle finit toujours par triompher.

Le Maroc pousse sa grossièreté trop loin en essayant d’étendre cette propagande aux officiers de la MINURSO. Il ne s’est pas contenté d’installer des écoutes téléphoniques pour enregistrer toutes leurs conversations avec New York et d’entourer leur siège à El Aaiun de drapeaux marocains en signe de provocation.

Selon le portail de l’Association norvégienne de soutien au Sahara Occidental, le site de propagande marocain « www.polisario-confidential.org » a essayé de discréditer le général danois Kurt Mosgaard, ancien chef de la MINURSO dans deux articles publiés au mois d’avril en l’accusant de soutenir le Polisario. L’auteur affirme qu’une des photos dans l’article montre le général habillé d’un vêtement traditionnel sahraoui sur son uniforme et qu’il y avait, fixé au vêtement, un emblème ou un pin avec le drapeau de la République Sahraouie. Sur une des photos, il pose avec le ministre sahraoui de la défense, Mohamed Lamine Bouhali. Dans un autre article, le général est photographié avec des responsables du Front Polisario dans un des camps des réfugiés près de Tindouf.

M. Kurt Mosgaard a réagi à l’article avec une attitude détendue : « Je peux dire avec certitude que je n’ai jamais porté un emblème du Polisario sur mes vêtements. » L’objet à la photo ne peut pas être vu clairement. En fait, il est difficile de savoir s’il se trouve là ou non. « Je ne sais pas si la photo a été manipulée ou si l’emblème y a été mis », dit Mosgaard.

Il a reçu deux ou trois vêtements traditionnels sahraouis en cadeaux. Le dernier, il l’a eu pendant son voyage d’adieu dans la région. Les vêtements n’ont aucun rapport avec le Polisario. « Beaucoup de Sahraouis portent des vêtements traditionnels, aussi ceux qui sont membres du CORCAS dans la partie du Sahara Occidental contrôlée par le Maroc. J’ai toujours été traité avec respect pendant mes réunions avec les parties, alors c’était naturel pour moi de montrer le même respect et la même amabilité, exactement comme chez nous à Jylland, au Danemark », explique-t-il.

Mosgaard raconte que les rencontres avec les chefs militaires du Polisario faisaient une partie tout à fait normale de ses devoirs. « C’était mon devoir de les rencontrer, de contribuer à résoudre les problèmes et de renforcer la confiance mutuelle, en même temps que j’œuvrais pour faire comprendre le travail de l’ONU. J’avais en vue de rencontrer les chefs militaires des différentes parties le même nombre de fois. Ils étaient toujours des personnes accueillantes et aimables », ajoute-t-il.

Tout porte à croire que les propos de Mosgaard dans une interview avec l’organisation norvégienne l’Aide aux Réfugiès ont irrité les Marocains. L’auteur de l’article du site se rèfère directement à l’interview et accuse indûment l’Aide aux Réfugiés d’être une organisation pro-Polisario.

Mosgaard confirme qu’il a fait enlever le drapeau du quartier général de la MINURSO pour souligner la neutralité de l’ONU, ce qui a provoqué la colère des autorités marocaines. La décision d’enlever le drapeau était correcte et tout à fait conforme aux réglementations de l’ONU. La décision est favorable pour tous ceux qui ont besoin de l’ONU comme médiateur impartial.

Les bâtiments et les autres installations qui appartiennent à l’ONU doivent toujours avoir un aspect neutre. Le fait que le drapeau marocain flottait sur le quartier général à El Aaiún pendant 16 ans, était contraire au règlement de l’organisation.

Les voitures de l’ONU dans le territoire occupé portent toujours des plaques d’immatriculation marocaine dans le monde. L’utilisation des plaques marocaines crée l’impression que l’ONU n’est pas neutre et que l’organisation soutient le Maroc dans le conflit. L’ONU et la MINURSO n’ont pas trouvé une solution du problème jusqu’ici.

Cela peut être une tentative de la part des Marocains de mettre en doute l’impartialité de Mosgaard et ainsi obtenir qu’il ne se laisse plus interviewer. Ils ont peur qu’il fasse comme certains de ses prédécesseurs (Francesco Bastagli, Frank Rudy…) qui, après la fin de leur mission au Sahara Occidental, sont devenus des ambassadeurs itinérants de la cause sahraouie.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*