Nouvelles parutions dans la collection « L’Ouest Saharien » chez L’Harmattan

Paru en mars 2010

COLLECTION L’OUEST SAHARIEN – HORS SERIE N° 9
LA QUESTION DU POUVOIR EN AFRIQUE DU NORD ET DE L’OUEST
Deux volumes édités sous la direction de Sophie Caratini
Une équipe de recherche pluridisciplinaire, financée par l’ANR, a travaillé de 2005 à 2008 à mettre au jour les dynamiques endogènes qui recomposent aujourd’hui les structurations et les représentations construites par et pendant la colonisation. Dépassant le découpage classique Afrique de l’Ouest/Maghreb, les chercheurs se sont intéressés à la catégorie des intermédiaires occupant une place stratégique au sein des processus de modification ou de reproduction de ces rapports. Ils révèlent ainsi que les Africains bilingues qui sont aujourd’hui dans les « affaires » ont souvent intérêt à la reproduction du rapport colonial, ou mettent au contraire en lumière ceux qui luttent pour constituer une nouvelle « société civile », résistante et militante.
Volume 1 : Du rapport colonial au rapport de développement, 252 p.
Volume 2 : Affirmations identitaires et enjeux de pouvoir, 220 pages.

COLLECTION L’OUEST SAHARIEN – CAHIER N° 7

MYTHES, CONFLITS ET DÉCOLONISATION AU SAHEL, 206 pages.
Les pratiques traditionnelles survivent avec peine dans la culture touarègue. Les pratiques divinatoires, à l’exemple des idjachan, les mythes et les croyances, ce sont les aspects que détaillent un lettré de Kidal, Ibrahim Ag Mohamed, qui veut les préserver de l’oubli. Diverses conséquences de la colonisation font l’objet des autres contributions, qui concernent le Mali, le Niger, le Tchad, la Mauritanie et le Sahara Occidental. Une analyse des conflits internes, présents au moment de la colonisation et qui resurgissent après l’indépendance, font dire à Pierre Boilley que ce sont de possibles ferments d’un sentiment national. En Mauritanie, les mutations économiques et sociales déterminées par la période coloniale n’ont pas généré de véritable société nouvelle. Mohamed Saïd Ould Ahmedou dégage, en passant en revue les principaux indicateurs sociaux, les mutations et met en relief le changement, tout en soulignant la résistance de « l’ancien ». Les effets d’une décolonisation ratée sont présentés par Keltoum Irbah, qui fournit plusieurs approches historiques et sociologiques sur le conflit au Sahara Occidental.
COLLECTION L’OUEST SAHARIEN – CAHIER N° 7

MYTHES, CONFLITS ET DÉCOLONISATION AU SAHEL, 206 pages.
Les pratiques traditionnelles survivent avec peine dans la culture touarègue. Les pratiques divinatoires, à l’exemple des idjachan, les mythes et les croyances, ce sont les aspects que détaillent un lettré de Kidal, Ibrahim Ag Mohamed, qui veut les préserver de l’oubli. Diverses conséquences de la colonisation font l’objet des autres contributions, qui concernent le Mali, le Niger, le Tchad, la Mauritanie et le Sahara Occidental. Une analyse des conflits internes, présents au moment de la colonisation et qui resurgissent après l’indépendance, font dire à Pierre Boilley que ce sont de possibles ferments d’un sentiment national. En Mauritanie, les mutations économiques et sociales déterminées par la période coloniale n’ont pas généré de véritable société nouvelle. Mohamed Saïd Ould Ahmedou dégage, en passant en revue les principaux indicateurs sociaux, les mutations et met en relief le changement, tout en soulignant la résistance de « l’ancien ». Les effets d’une décolonisation ratée sont présentés par Keltoum Irbah, qui fournit plusieurs approches historiques et sociologiques sur le conflit au Sahara Occidental.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*