l’AEJDH envoie une lettre aux groupes parlementaires du Bundestag

Texte de la lettre envoyée, cette semaine, par M. Thomas Schmidt, secrétaire général de « l´Association européenne des juristes pour la démocratie et les droits de l´homme dans le monde AEJDH» (dont le siége se trouve dans la ville de Duesseldorf en Allemagne) aux groupes parlementaires du Bundestag (parlement national allemand). Des lettres similaires on été envoyées aux présidents du parlement Européen et celui du Conseil de l´Europe.


Aux groupes parlementaires du Bundestag
Violations par le Maroc des droits de l´hommes au Sahara occidental
Nouvelle grève de la faim des militants sahraouis des droits de l´homme.

Mesdames, Messieurs,


Fin octobre 2009, 7 militants sahraouis des droits de l´homme ont été arrêtés par les autorités marocaines á l´aéroport de Casablanca, après une visite effectuée aux camps des réfugiés sahraouis. Avant leur départ des camps, prés de Tindouf, j´ai eu l´occasion, juste après mon arrivée dans ces campements, de connaître personnellement les 7 militants. Il s´agit de Degjar Lachgar, Ahmed Naciri, Ibrahim Dahane, Ali Salem Tamek, Yahdith Etarouzi, Saleh Lebaihi et de Rashid Sghayer. Ils seraient actuellement détenus dans la prison de Salé au Maroc.
Les détenus devraient être déférés devant un tribunal militaire pour « sape de l´autorité publique » et « collaboration avec l´ennemi ».
A notre connaissance, il n´y a pas eu, á ce jour, une procédure judiciaire. C´est pourquoi, les 7 militants des droits de l´homme ont entamé, jeudi 18 mars 2010, une grève de la faim illimitée pour obtenir l´ouverture d´un procès ou leur libération. Tout comme dans le cas d´Aminatou Haidar, il est á craindre que, sans la pression internationale, le Maroc soit prêt á accepter, avec indifférence, la fin des détenus.
Nous vous demandons, en dépit des intérêts économiques et de sécurité de l´Allemagne et de l´UE, d´intervenir:
– Pour le respect par le Maroc des droits de l´homme, en particulier dans les zones du Sahara Occidental occupées par le Maroc.
– Pour la libération des 7 militants des droits de l´homme ainsi que celle de nombreux autres prisonniers politiques sahraouis.
– Pour le respect par le gouvernement marocain du droit international dans les zones du Sahara Occidental Occupées par le Maroc. L´exercice libre par la population opprimée de la liberté d´expression en fait également partie.
– Pour l´envoi d´une délégation d´observateurs internationaux au Sahara Occidental Occupé par le Maroc et l´autorisation des délégations des ONG á observer la situation des droits de l´homme dans cette partie du Sahara occupé par le Maroc.
Nous vous demandons également de faire valoir votre influence au sein de l´ONU pour que, lors de la prolongation du mandat de la MINURSO, prévue en avril au niveau du conseil de sécurité, ce mandat soit également étendu á la composante des droits de l´homme.
La question clé et décisive demeure la reconnaissance par le Maroc du droit des Sahraouis á l´autodétermination, notamment le droit reconnu dans diverses résolutions du conseil de sécurité de l´ONU aux Sahraouis de se prononcer, par référendum, sur leur indépendance. En 1991, le Conseil de Sécurité de l´ONU a mis en place la MINURSO pour organiser un référendum sur l´indépendance du Sahara occidental. A ce jour, les Nations unies admettent que le Maroc empêche la tenue de ce référendum, occupe une grande partie du Sahara occidental, exploite économiquement le territoire et opprime politiquement les Sahraouis.
Mes salutations distinguées

Thomas Schmidt 

Association européenne des juristes pour la démocratie et les droits de l´homme dans le monde.  


Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*