Prochain rassemblement d’ONG à Paris contre la répression dans les territoires sahraouis occupés

Paris, 26/03/2010.- Une dizaine d’ONG françaises viennent de lancer un appel à la tenue, le 14 avril prochain, d’un rassemblement, à proximité de l’Assemblée Nationale française, pour protester contre les atteintes aux droits de l’homme et exiger l’arrêt de la répression exercée par le Maroc dans les territoires sahraouis occupés.


Les premiers signataires de l’appel commencent par rappeler que « le Maroc profite de l’inertie de la communauté internationale et de l’indifférence complice de certains gouvernements pour intensifier sa politique de répression contre la population sahraouie des territoires occupés, qui manifeste de façon pacifique ».

« Arrestations, enlèvements, tortures, disparitions, maisons dévastées sont le lot quotidien des Sahraouis. Leurs associations sont interdites. Même les étudiants sahraouis dans les universités marocaines subissent la répression. Régulièrement, des procès condamnent lourdement les Sahraouis qui osent défendre publiquement leur droit à l’autodétermination », poursuit l’appel.

Les mêmes ONG ont également souligné que ce sont les militants sahraouis des droits de l’homme qui sont particulièrement visés par cette vague de répression, citant les cas du « maintien en prison sans jugement de 6 militants des droits de l’homme arrêtés le 8 octobre 2009 à leur retour d’une visite des camps de réfugiés. Ils sont poursuivis devant un tribunal militaire pour +atteinte à la sûreté nationale+ ».

L’appel cite aussi « la violente répression, début mars à Dakhla, El Aaiun  et Tantan, de la population qui accueillait 11 défenseurs des droits de l’homme au retour de leur visite des camps de réfugiés » ainsi que « l’interdiction pour les familles sahraouies de recevoir des visiteurs étrangers ».

Par ce rassemblement devant l’Assemblée Nationale française, les organisateurs vont exiger « la libération des prisonniers politiques sahraouis », « l’arrêt de la répression et le respect des libertés fondamentales », et « l’inclusion dans le mandat de la mission des Nations Unies (MINURSO) de la surveillance du respect des droits de l’Homme et de la protection de la population sahraouie des territoires occupés contre la répression ».

« La mise en œuvre de la résolution 1871 du Conseil de sécurité de l’ONU pour une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental » doit figurer également au nombre des requêtes de ces ONG. (SPS)

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*