La délégation des militants sahraouis des droits humains poursuit sa tournée dans les villes occupées du Sahara Occidental

El Aaiun (Territoires occupés) .- Une délégation des militants sahraouis des droits humains poursuit sa tournée dans les villes occupées du Sahara Occidental, après avoir effectué une visite de plus d’une semaine aux camps de réfugiés sahraouis et aux territoires libérés de la RASD où elle a participé au 34ème anniversaire de la proclamation de la République sahraouie, a-t-on appris de source proche de la délégation.

La délégation s’est dirigée mercredi soir vers la ville de Boujdour, deuxième étape après sa réception en héros à la ville d’El Aaiun où elle a tenue des entretiens avec des militants sahraouis des droits humains et des citoyens dans la capitale occupée du Sahara Occidental.


Les entretiens ont eu trait aux festivités du 34ème anniversaire de la RASD, la situation dans les camps de réfugiés sahraouis et les derniers développements de la question du Sahara Occidental.


Elle a également exprimé sa solidarité avec les mères de 15 jeunes sahraouis enlevées depuis décembre 2005 par ‘Etat marocain, réaffirmant sa détermination à poursuite de la résistance pacifique jusqu’au recouvrement du peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance.


Parmi cette délégation, cinq membres ont été blessées mardi durant l’intervention brutale des forces marocaines pour réprimer une manifestation pacifique organisée à l’occasion du retour de la délégation.


La délégation composée de 11 membres, regroupant les différentes villes des territoires occupés du Sahara Occidental et au sud du Maroc, est dirigée par l’ex prisonnier politique et disparu, Brahim Sabbar, Naama Asfari, en plus d’autres militants et ex-détenus, Lamjaid Sidahmed, Ahmed Sbai, Brahim Ismaili, Atikou Baray, Mohamed Tahlil, Mbarkalina Baali accompagnée de sa fillette, (Aza Saleh), Yzana Ameidan, Banka Cheikh et Hamia Ahmed Mussa, rappelle-t-on


Une autre délégation de 7 membres, qui s’était rendue en octobre dernier aux camps de réfugiés sahraouies pour visiter ses proches a été arrêtée à son retour à l’aéroport de Casablanca et transférée à la prison de Salé. Elle est menacée de comparaître devant une cour martiale marocaine, dont la date n’a pas encore été déterminée.


La seule femme dans cette délégation, Degja Lechgar a été récemment mise en liberté provisoire en raison de son état « critique » de santé à cause des dures conditions dans lesquelles elle se trouvait aux côtés des prisonnières de droits communs, rappelle-t-on, encore.(SPS)

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*