Décès de Bougrine : Le peuple n’oublie pas ses combattants

Par Ali Fkir

Il a combattu les forces du colonialisme
Il s’était opposé au néocolonialisme sous le règne de Mohammed V, ce qui lui a valu la prison…
Il s’était opposé au régime despotique de Hassan II, ce qui lui a valu la torture, la prison, la persécution.. .
Il s’était opposé aux pratiques et aux choix de la « nouvelle ère », il a dénoncé la répression au nom « des valeurs sacrées »; ce qui lui a valu la prison sous le règne de Mohammed VI
  Les militant-es l’appellent, avec raison, le prisonnier des trois rois. C’est le grand militant Mohammed Bougrine.
Il a contribué à la création de l’UNFP
Il a contribué à la création de la CDT
Il a contribué à la création de l’AMDH
Il a contribué à la création du PADS
  C’est l’irréductible militant Mohammed Bougrine
Il a contribué à la création du FMVJ
Il n’a pas demandé des indemnités sur les « années de plomb »
Ils ont refusé de régulariser sa situation administrative
Il est né dans une modeste famille.
Il a grandi dans une modeste famille
Il est décédé en tant que membre d’une modeste famille
Il est né pauvre, grandi prolétaire, décédé symbole de la résistance.
  C’est l’infatigable combattant Mohammed Bougrine.
Aujourd’hui, la nature a dit son mot. Elle a appliqué sa loi. Mais Mohammed Bougrine, le prisonnier des trois rois, le grand résistant, vivra toujours parmi les combattant-es de la libération.
   Malgré les pertes humaines, l’étendard de la lutte restera haut.
              Je t’embrasse camarade Bougrine

Le prisonnier des trois rois nous a réuni-es
 Les militant-es et les humbles de Beni Mellal, des centaines de miltant-es des autres régions du Maroc, ils/elles sont venu-es toutes et tous rendre hommage au grand Bougrine, au prisonnier des trois rois.
 Mohammed Bougrine qui consacré toute sa vie (depuis le début des années cinquante jusqu’au 5 avril 2010) à la lutte pour l’émancipation du peuple marocain, pour les causes justes en général et pour la cause des travailleurs en général. Il est respecté de tout le monde, il est aimé par les militant-es toutes tendances confondues.
   Ce mardi 6 avril 2010, ils/elles sont venu-es à Beni Mellal pour réaffirmer devant lui leur engagement à défendre les valeurs de la gauche, à combattre le despotisme makhzanien….
    Ce grand militant a rassemblé aujourd’hui dans une marche historique, les militant-es du PADS, d’ANNAHJ ADDIMOCRATI, du PSU, du CNI, des autres sensibilités marxistes, de l’AMDH, du FMVJ, de la CDT, de l’UMT…tous et toutes les combattant-es de la libération.
  Les femmes ont bravé les coutumes et autres us réactionnaire pour accompagner le Grand Bougrine à sa « dernière demeure ».
 Pas de fausses notes, les banderoles et slogans sont unitaires:
– Sur ta voie Bougrine, nous marcherons…!
– Nous ne lâcherons pas, pas de conciliation avec le régime!
– Repose Bougrine, nous continuerons la lutte!
– Ô camarade Bougrine! nous sommes toujours sur la voie…!
– Les traîtres dans les palais, les militants dans les cimetières!
………
           Le 6 avril 2010, nous avons vécu des funérailles émouvantes, mais le militant Mohammed Bougrine est toujours parmi nous, il sera toujours avec les causes justes. Comme Mehdi Ben Barka, Abdellatif Zeroual, Saïda Mnebhi et tant d’autres, le Grand Bougrine, le prisonnier des trois rois est immortel.
  Les historiens, les vrais, noteront certainement, que c’est la première qu’un Homme soit persécuté par le colonialisme et prisonnier  sous les règnes de trois rois. Du jamais vu!
  et que cet Homme n’a à aucun moment baissé les bras ou s’est laissé leurré par la démocratie de façade.
     Camarade Bougrine, sois tranquille, le combat continuera!
    Bravo militants, amis et camarades de Mohammed Bougrine !
    Mes vives et sincères condoléances à la famille Bougrine.
      Mohammedia, 6 avril 2010

Source : Solidarité Maroc 7/4/2010
 
 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*