CEAS-Sahara dénonce que le Maroc se moque de la communauté internationale et réprime d’une forme « sanglante » les saharauis civils

Madrid, .-La Coordonnatrice Étatique d’Associations espagnoles Solidaires avec le Sahara (CEAS-Sahara) a affirmé ce vendredi que même pas deux jours après le Sommet entre UE et le Maroc, et en coïncidence avec le Jour International de la Femme Travailleuse, l’armée et la police du Maroc ont attaqué avec fureur des manifestants pacifiques sahraouis, en causant vingt-cinq blessés parmi eux des défenseurs des droits de l’homme.

Dans une note de presse, CEAS-Sahara rappelle que lors du Sommet et pedant que le mouvement solidaire avec le peuple sahraoui dénonçait dans les rues de Grenade la répression constante à laquelle était soumise la population sahraouie dans sa propre terre, le Président du Conseil Européen Herman Van Rompuy a demandé au royaume alaouite une plus grande attention au respect des droits de l’homme dans son propre pays et au Sahara Occidental en se rapportant, en particulier, aux défenseurs et défenseuses de ces droits.


Dans ce contexte, la coordonnatrice souligne qu’au moment où des représentants marocains arrivaient pour participer à la XIIIe session du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU, à Genève, « en essayant de vendre une image de modernité et de respect vers les droits et la liberté, les différents appareils marocains attaquaient des civils sahraouis, provoquant plus de vingt-cinq blessés et violaient l’intimité de ses demeures pour menacer et pour frapper sans discrimination des hommes, des femmes et des enfants ».


« Ce sont les faits sonores et évidents que nous voulons dénoncer devant l’opinion publique espagnole et devant les autorités de l’Union Européenne et de l’Espagne, en commençant par la tiède Présidence espagnole qui regarde vers un autre côté avant tout type de dénonciations et d’évidences, devenant collaborateur nécessaire pour que son partenaire, le Maroc, continue impunément sa politique de répression », il(elle) agrège.


De la même manière, CEAS-Sahara demande au gouvernement de Rodríguez Zapatero et à celui de l’Union Européenne « d’exiger au Royaume du Maroc la fin de la répression dans les territoires occupés du Sahara Occidental et la libération immédiate de tous les prisonniers politiques ».


« Nous exigeons que pendant que le Maroc continue d’occuper et de spolier illégalement un pays voisin; refuse de respecter les résolutions de l’ONU sur le Sahara Occidental; viole quotidiennement les Droits de l’homme du peuple sahraoui; et ne libère pas d’urgence tous les prisonniers politiques, Le Statut de partenaire préférentiel avec l’Union Européenne ne doit pas avancer et l’Accord de pêche doit être suspendu, comme recommandé par le Rapport juridique du Parlement Européen », conclut-il.


Source: SPS, 13 mars 2010

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*