L’armée marocaine : Un souci permanent pour le palais

Par Mohamed Mahmaud Embarec

Le Maroc a commémoré jeudi 14 mai le 53e anniversaire des FAR, les forces armées royales. Les louanges n’ont pas manqué dans les pages de la presse sur le rôle joué par l’armée marocaine depuis l’indépendance du Maroc.

L’expérience passée ne plaide certainement pas en faveur de cette vision. A part la guerre du Sahara Occidental et la campagne contre l’Algérie en 1963, l’armée marocaine a été utilisée comme élément de répression interne. Elle a été l’horreur dans l’affaire du mouroir de Tazmamart, dans la répression des émeutes amazighs en 1959, les manifestations syndicales en 1981, 1984, 1991, etc.

Pour l’éloigner du champ politique, Hassan II avait habilement cantonné l’armée au Sahara, ce qui lui a permis de rétablir la situation politique d’une manière spectaculaire. Il mobilisait et entraînait à toute la nation derrière lui, en bénéficiant d’un système unanime. En même temps, il rapportait à son pays un nouveau territoire avec des richesses considérables. En suscitant les passions chauvines, Hassan II a consolidé son trône et fait oublié à son peuple la misère dans laquelle il vivait.

L’encadrement de la Marche Verte par les FAR a ouvert la voie à l’occupation militaire du Sahara Occidental en 1975. Depuis, l’armée marocaine quadrille les territoires occupés, encerclés par un mur de défense de plus de 2000 km, surveille la population, participe au pillage des richesses du sous-sol sahraoui, emprisonne et assassine les militants indépendantistes.

Aujourd’hui, 18 ans après le cessez-le-feu, l’armée continue à être un problème pour le régime. Les familles des soldats qui sont tombés dans la guerre du Sahara ont constitué l’Association Nationale des Familles des Martyrs, des disparus et des prisonniers du Sahara Marocain (ANFMDPSM) continue à organiser des sit-in pour protester contre la situation précaire des prisonniers marocains libérés par le Front Polisario et leurs familles dont les allocations oscillent entre 400 et 1500 dirhams, auxquels s’ajoute le chômage de leurs enfants et les difficultés de la situation économique du pays. L’association a recensé plus de 30.000 morts dans les combats du Sahara. Cette association revendique la proclamation d’un jour pour commémorer « les morts pour la partie et l’intégrité territoriale ». Le président de l’association, Brahim Al-Hajjam, n’a cessé de protester contre le manque d’initiatives pour réinsérer les ex-prisonniers de guerre libérés, l’indemnisation de toutes les familles et la restitution de leurs droits, indemnisation de plus de 600 familles privées de sécurité sociale, et insiste sur l’importance d’arrêter de traiter ce dossier comme un tabou. Dans une interview avec le magazine TelQuel, M. Al-Hajjam, qui est lui-même fils d’un soldat mort dans une bataille à la ville de Smara, a affirmé que le « Maroc ne reconnaissait pas la captivité de ses soldats et, pire, il les bannissait. De retour au Maroc, alors qu’ils espéraient être accueillis en héros, ils ont suscité l’indifférence, si ce n’est le mépris. Le Maroc a honte de ses prisonniers de guerre. Le peuple marocain doit savoir toute la vérité sur la gestion de la guerre du Sahara. Pourquoi, à ce jour, le nombre de martyrs qu’on estime à 25.000 n’a-t-il pas été rendu public? La guerre du Sahara n’a pas été archivée, pour la mémoire »

Aujourd’hui, la question qui reste en suspens est toujours la même qu’hier : Quel avenir pour l’armée marocaine en dehors du cantonnement au Sahara? D’autant que les 200.000 militaires ne sont pas imperméables aux courants qui traversent la société marocaine. Rappelons-nous qu’une centaine de soldats, 86 officiers et quelques officiers ont été limogés au cours de l’année 2006. les divisions de l’armée basées dans le Sahara sont les plus touchées par cette campagne. Et pour cause, un rapport indique que les troupes stationnées depuis une vingtaine d’années le long du mur de la honte seraient les plus réceptives aux thèses islamistes.
Pour le régime marocain, dans le cas d’un retrait du Sahara Occidental, l’armée, devenue puissante, accepterait mal son échec militaire et pourrait chercher une compensation sur le plan politique. L’issue qui présente le moins d’inconvénients pour lui serait de continuer le statu-quo, aussi peu coûteux que possible, tout en attendant l’occasion de limoger les anciens généraux qui détiennent le pouvoir absolu sur les FAR et procéder à un nettoyage radical dans ses files pour rehausser l’image de l’armée salie par les multiples histoires de trafic de drogue, trafic d’influence et subordination à la protection des intérêts de quelques-uns au détriment d’une population affamée.

Ce contenu a été publié dans Non classé par Admin. Mettez-le en favori avec son permalien.

2 réflexions sur « L’armée marocaine : Un souci permanent pour le palais »

  1. de todos modos vuestra farsa bien financiada por argelia toca a su fin, y el Sahara es de Marruecos, Marruecos os dejo Tindouf, asi que vuestro pais imaginario puede vivir en la republica de Tindouf.

  2. lol, vous pouvez rever, mais le CORCAS est notre representant, 80% de gents ont ete voter, il faut etre ignorant ou bucher pour ne pas comprendre le message, Le sahara est Marocain, jusqu'au jugement dernier, je vous le promet,
    un saharaoui unioniste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *