Le Maroc et l’Egypte manifestent leur intérêt pour une adhésion au CERN

Ettiquettes : Maroc, Egypte, CERN, Centre Européen de Recherche Nucléaire,

Les pays se battent pour devenir les premiers membres associés africains du centre européen de physique des hautes énergies

Le Maroc et l’Egypte se battent pour devenir les premiers pays africains membres associés du Cern, l’installation européenne de physique des hautes énergies, a indiqué une conférence entendue cette semaine.

Les deux pays « ont manifesté leur intérêt » à postuler pour devenir membres associés, a déclaré Manfred Krammer, responsable de la physique expérimentale au Cern, lors de la sixième conférence mondiale sur la technologie et l’instrumentation en physique des particules qui s’est tenue au Cap, en Afrique du Sud, du 4 au 6 septembre.

LIRE AUSSI : Maroc: Du nucléaire pour la production d’électricité?

Les membres associés paient une cotisation réduite au Cern. Ils siègent à son conseil mais n’ont pas de droit de vote. Les membres associés actuels sont la Croatie, l’Inde, la Lettonie, la Lituanie, le Pakistan, la Turquie et l’Ukraine. Chypre, l’Estonie et la Slovénie sont toutes en phase préliminaire de statut de membre associé.

L’Afrique du Sud, qui a conclu un accord de coopération avec le Cern depuis 2008 et représente plus de la moitié de la centaine d’Africains utilisant l’installation, n’a pas encore de projet formel d’association.

L’adhésion associée au Cern « entraînerait des dépenses supplémentaires mais aussi des bénéfices supplémentaires », a déclaré Bruce Mellado, directeur de l’Institut de physique des particules des collisionneurs de l’Université de Witwatersrand et scientifique principal aux iThemba Labs d’Afrique du Sud, à Research Professional News.

Ces résultats incluraient un meilleur accès aux connaissances et à la technologie, a-t-il déclaré, ajoutant que « le moment est venu » de parler d’association. « En tant que communauté, nous essayons de concevoir une stratégie qui nous permettrait d’y parvenir. »

La diversité des membres est un objectif fondamental du Cern, a déclaré Krammer lors de la conférence. L’installation a été créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans le but de guérir l’Europe grâce à la collaboration scientifique.

LIRE AUSSI : Conférence sur le nucléaire: La délégation du Maroc expulsée

Le Cern souhaite étendre sa présence en Afrique, a-t-il ajouté. À l’heure actuelle, le Soudan, la Tanzanie et le Rwanda ont exprimé leur intérêt pour la conclusion d’accords de coopération avec le Cern, tandis que le Cern gère plusieurs programmes de formation sur le continent, a-t-il indiqué.

Le fait que la conférence TIPP soit organisée pour la première fois en Afrique est un pas dans la bonne direction, a déclaré Maksym Titov, directeur de recherche au CEA, le commissariat français à l’énergie atomique.

#Maroc #Egypte #CERN #Energie #Nucléaire

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*