Le 17 octobre 1961 vu par Kateb Yacine

Algérie, France, 17 octobre 1961, #Algérie, #France, #17octobre1961,

Deux années avant de tirer sa révérence et vingt-six ans après la ‘’journée portée disparue’’, Kateb Yacine avait interpellé le peuple français et épinglé son silence pesant sur la répression sanglante du 17 octobre 1961. Avec des accents de ‘’lettre ouverte’’, l’auteur de ‘’Nedjma’’ qui a vécu, adolescent, la répression du 8 mai 1945 a rédigé ces dix-huit vers intitulés ‘’Dans la gueule du loup’’. En réunissant la matière pour les besoins de ‘’La Guerre d’Algérie vue par les Algériens’’, Renaud de Rochebrune et Benjamin Stora sont tombés sur cette ‘’qacida’’ sortie des tripes tel un cri révolté. Elle a été publiée en 1987 dans un ouvrage édité par l’Amicale des Algériens en Europe. Choix pertinent, Stora et de Rochebrune ont jugé utile d’en faire un exergue pour le chapitre 4 ‘’Alger-Paris : les Algériens sont dans la rue’’.
Peuple français, tu as tout vu
Oui, tout vu de tes propres yeux.
Tu as vu notre sang couler
Tu as vu la police
Assommer les manifestants
Et les jeter dans la Seine.
La Seine rougissante
N’a pas cessé les jours suivants
De vomir à la face
Du peuple de la Commune
Ces corps martyrisés
Qui rappelaient aux Parisiens
Leurs propres révolutions
Leur propre résistance.
Peuple français, tu as tout vu
Oui, tout vu de tes propres yeux.
Et maintenant vas-tu parler ?
Et maintenant vas-tu te taire ?
Kateb Yacine

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*