La diplomatie marocaine, de revers en revers

Sahara Occidental, Maroc, diplomatien, #SaharaOccidental, #Maroc, TJUE, 

La décision du tribunal de l’UE est un nouveau revers qui s’ajoute aux tensions avec la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Algérie.
Zhou Enlai a déclaré que la diplomatie était « une guerre continue par d’autres moyens ». Le Maroc a toujours été une référence dans cette gestion des coulisses du pouvoir. Cependant, les temps sont mauvais pour le royaume alaouite puisqu’il a perdu son allié, l’ancien président Donald Trump. 
En peu de temps, le Maroc s’est heurté à l’Allemagne, à l’Espagne, à la France, à l’Algérie, aux institutions européennes au sujet de la crise de Ceuta et maintenant au Tribunal de l’UE. Il s’agit d’un autre problème auquel le gouvernement d’Aziz Akhannouch, Premier ministre après sa victoire aux élections de septembre dernier, devra faire face.
Le Front Polisario a qualifié d' »historique » la décision du Tribunal de l’UE contre les accords commerciaux Bruxelles-Rabat qui incluent le Sahara occidental. C’est surtout un rappel que le problème du Sahara n’est toujours pas résolu, bien que le Conseil de l’UE ait deux mois et dix jours pour faire appel de la décision.
Lors d’une conférence de presse à Madrid, le représentant du Front Polisario pour l’Europe et l’Union européenne (UE), Oubi Bucharaya, a parlé d' »une victoire pour le peuple sahraoui et pour la justice européenne ». La Cour européenne ratifie que « le consentement du peuple du Sahara occidental » est « une condition préalable à toute activité impliquant le territoire et ses ressources naturelles ». 
Selon M. Bucharaya, cette décision confirme « la personnalité juridique du Front Polisario devant les instances européennes et internationales ».
La décision finale prendra des mois. Ainsi, à cette occasion, la réponse de Rabat a été calme et coordonnée avec le Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité, Josep Borrell, comme l’indique clairement le tweet du chef de la diplomatie européenne. « Nous maintiendrons les contacts afin de prendre les mesures nécessaires pour assurer le cadre juridique permettant de garantir la poursuite des relations commerciales entre l’UE et le Maroc », peut-on lire dans le tweet. 73% des exportations marocaines sont destinées à l’un des pays de l’UE.
Bien que le Maroc ait cru qu’avec le soutien de Trump à sa cause, il avait parcouru un long chemin, la vérité est que même le président actuel, Joe Biden, n’a pas confirmé qu’il reconnaissait la souveraineté marocaine sur le Sahara. Les États-Unis auraient fait pression pour que Rabat accepte le nouvel envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara, Staffan de Mistura. Si la décision du tribunal est ratifiée, cela signifierait la reconnaissance du Front Polisario comme la seule autorité ayant la souveraineté sur les ressources sahraouies, telles que les prises de pêche, dont 90% sont sahraouies.
Le Maroc s’est déjà heurté aux institutions européennes à la suite de la crise avec l’Espagne l’été dernier. Rabat a facilité le départ des immigrants vers Ceuta et le chef du gouvernement espagnol est allé jusqu’à déployer l’armée dans la ville nord-africaine. Les quatre principaux groupes du Parlement européen se sont mis d’accord en juin dernier sur une résolution condamnant l’utilisation par le Maroc de la migration, notamment des mineurs, comme outil de pression sur l’Espagne.
Le gouvernement espagnol, qui était à couteaux tirés avec Rabat au sujet de l’accueil du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, dans un hôpital de Logroño, a été soutenu, bien que le départ de la ministre des affaires étrangères, Arancha González Laya, ait été interprété comme une façon de plaire au Maroc. Rabat s’est plaint de ne pas avoir été informé de l’entrée de Ghali en Espagne.
M. Sánchez a ensuite rappelé aux Marocains que « l’Espagne est le meilleur partenaire du Maroc au sein de l’UE pour défendre ses intérêts stratégiques », a déclaré Pedro Sánchez à l’époque. En conséquence, le ministre des affaires étrangères José Manuel Albares, qui a remplacé González Laya lors du remaniement de juillet de Sánchez, a reconnu que le Maroc était un partenaire clé pour l’Espagne. Petit à petit, on assiste à des rapprochements substantiels : M. Albares a déjà rencontré le ministre des affaires étrangères, M. Nasser Bourita, à New York, et ils se sont engagés à continuer de se parler et à se rencontrer bientôt.
« Albares s’est donné pour priorité de s’entendre avec le Maroc parce qu’il part du principe que nous sommes condamnés à nous comprendre », souligne Bernabé López, arabisant et professeur à l’Université autonome de Madrid.
López reconnaît que le Maroc a pris la décision de la Cour de justice de l’UE à bras le corps. « C’est peut-être un signal d’alarme pour qu’elle trouve une solution définitive au problème du Sahara, source d’instabilité. Le Maroc ne se rend pas compte que son entêtement ne l’emporte pas toujours », déclare Bernabé López.
Un premier ministre identifié au Roi
Mais il insiste sur le fait que la réaction a été calme. « Le ministère marocain des affaires étrangères a insisté sur le fait que nous devions trouver un moyen de parvenir à un accord. Il n’opte pas pour la voie agressive, l’une des techniques du Maroc. Peut-être parce que cela ne leur convient pas avec un premier ministre nouvellement nommé. Le Maroc cherche désormais les voies du dialogue », ajoute l’auteur de Marruecos en trance: nuevo Rey, nuevo siglo, ¿nuevo régimen?
Le magnat du pétrole Aziz Akhanouch, qui est très proche du roi Mohammed VI, a remporté les élections de début septembre au cours desquelles les islamistes ont été réduits à 12 sièges. Akhanouch est ministre de l’agriculture et de la pêche depuis 2007, il connaît donc très bien les relations entre Rabat et l’UE.
« Avant, les islamistes servaient de punching ball, mais maintenant il n’y a plus ce parapet. Le roi est à l’air libre. Si le nouveau premier ministre parvient à réduire les inégalités et à créer un certain bien-être au Maroc, le roi sera considéré comme un gagnant. Mais s’il échoue, la lecture sera que le roi a échoué. Ce nouveau premier ministre a du pouvoir, contrairement aux islamistes qui ne contrôlaient pas les ministères clés », déclare Ali Lmrabet, un journaliste marocain basé à Barcelone.
Il aborde un moment complexe dû à la crise économique, aggravée par la pandémie, et aux multiples crises diplomatiques. Avec l’Allemagne, l’ambassadeur a été rappelé en l’été, parce que l’ambassadeur allemand aux Nations Unies a rappelé que le statut du Sahara Occidental est soumis à la juridiction des Nations Unies.
Avec la France, le grand allié, la tension est évidente en raison des échos du réseau d’espionnage Pegasus, qui pourrait même atteindre Macron. La France a réduit les visas pour les Marocains, les Algériens et les Tunisiens, et le Maroc a réagi avec colère. Toute friction avec Paris est très préoccupante à Rabat.
Et avec l’Algérie, la tension a augmenté de façon exponentielle ces dernières semaines. La relation entre les deux voisins du Maghreb est conditionnée par le conflit du Sahara. L’Algérie soutient clairement la cause sahraouie.
« Il y a deux questions qui ont particulièrement irrité les Algériens : la normalisation des relations du Maroc avec Israël en échange de la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara annoncée par Trump, d’une part. Pour l’Algérie, cette démarche signifie que le Maroc est un avant-poste israélien au Maghreb et c’est la raison des manœuvres réalisées à Oran, ou dans le sud. À cela s’ajoute la découverte de l’espionnage de 6000 téléphones par les services secrets marocains », indique M. Lmrabet. 
L’Algérie a depuis rompu ses relations diplomatiques et fermé son espace aérien. La question du gazoduc algérien qui achemine le gaz vers l’Espagne et le Portugal et passe par le Maroc est particulièrement sensible. Cette question sensible a conduit le ministre d’Albares à se rendre en Algérie cette semaine.
« En bref, la diplomatie marocaine a des problèmes avec l’Allemagne, la France, l’Espagne et l’Algérie, quatre pays importants pour Rabat. Et pour le moment, il semble que sa réaction soit une fuite en avant », ajoute l’ancien diplomate et journaliste marocain.
Le timing est délicat. La France est à l’approche des élections et la question des migrations sera un enjeu de la campagne électorale. C’est déjà le cas. Dans le même temps, Joe Biden peut à tout moment faire marche arrière sur l’annonce de Trump concernant la souveraineté marocaine sur le Sahara. Pour le Maroc, tout moment du passé aura été meilleur.
El Independiente, 03/10/2021
Ce contenu a été publié dans Non classé par Admin. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *