Le Maroc et l’UE punis pour colonialisme au Sahara occidental

Sahara Occidental, Maroc, UE, #Maroc, #SaharaOccidental, #CourEuropéennedeJustice,

Le Tribunal de l’Union européenne a annulé un accord avec le Maroc ; le représentant des affaires étrangères de l’UE, Borrell, craint l’ouverture des frontières
Dans l’affaire T-279/19 « Front Polisario contre Conseil de l’UE », le Tribunal de l’Union européenne (CGE) à Luxembourg a clairement soutenu le Front de libération du Sahara occidental, qui avait demandé le procès. Parce que l’UE avait conclu un accord d’association avec le Maroc, la puissance occupante du Sahara occidental, qui est illégalement occupé en vertu du droit international, qui affecte également les droits de pêche.
L’accord entre l’UE et le Maroc inclut également le Sahara occidental et ses habitants – à la manière coloniale typique – n’ont pas été interrogés à ce sujet. « Le consentement du peuple du Sahara occidental » n’a pas été obtenu, a déclaré le tribunal. Le Sahara occidental ne fait « pas partie du Maroc », a-t-on jugé, c’est pourquoi le royaume autocratique du Maroc n’avait pas le droit d’accorder à l’UE et à ses flottes de pêche des concessions pour les riches fonds de pêche au large du Sahara occidental.
Le TPI a déclaré « nul et non avenu l’accord entre l’UE et le Maroc modifiant les préférences tarifaires accordées par l’UE pour les marchandises d’origine marocaine et l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable », indique-t-il dans l’arrêt. L’accord est donc nul et non avenu. Ce n’est pas seulement la pêche qui est touchée, mais aussi les produits agricoles qui sont fournis à l’UE depuis le Sahara occidental.
Le front de libération « Frente Polisario » est enthousiasmé par le verdict, car le tribunal a largement trouvé juste le front de libération, qui lutte pour un État indépendant depuis des décennies. Après près de 30 ans, le Polisario avait mis fin au cessez-le-feu il y a près d’un an après des provocations constantes du Maroc . Le Maroc a systématiquement contrecarré le référendum prévu que la mission onusienne Minurso était censée surveiller. C’était la base de l’armistice qui a été signé entre le Maroc et le Polisario en 1991.
Cependant, le tribunal n’a pas immédiatement suspendu le contrat, mais a plutôt donné aux parties un préavis de deux mois. Le représentant du Front Polisario auprès de l’Union européenne, Oubi Bachir, parle d’une grande victoire. Il est d’avis que cela « laisse une fenêtre de temps ouverte à Bruxelles pour organiser la sortie des accords » , a- t-il déclaré.
« Toute la procédure de la Commission européenne a été démantelée par la Cour de justice de l’UE ».
Le Polisario se réjouit particulièrement que le TPI reconnaisse le Polisario « en tant que personne morale » et en tant que représentant des Sahraouis et permet ainsi au Polisario de pouvoir traiter les procédures dans l’UE.
La Cour de justice européenne a décidé en 2016 et 2018 qu’un accord agricole entre l’UE et le Maroc et un accord de pêche ne devraient pas inclure le Sahara occidental. En réponse, cependant, le Conseil a accepté à plusieurs reprises des changements avec le Maroc, que le Front Polisario a attaqués en justice.
Au lieu d’abandonner définitivement le comportement colonialiste, le Maroc a annoncé avec le représentant de l’UE aux Affaires étrangères Josep Borrell qu’ils voulaient s’assurer que le cadre juridique serait préservé, ce qui garantirait la stabilité et la continuité des relations commerciales.
« Nous restons pleinement prêts à poursuivre la coopération entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc dans un climat de sérénité et d’engagement », ont déclaré Borrell et le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita.
« Violation du droit international que l’UE soutient »
La Société pour les peuples menacés (STP) a accusé l’UE de se rendre « complice de la violation continue du droit international » en important des produits du Sahara occidental sous pavillon marocain.
« Le Sahara occidental n’est pas simplement une partie du Maroc dont le gouvernement de Rabat peut disposer librement », a expliqué la consultante de STP Nadja Grossenbacher. Le seul moyen envisageable serait désormais de mettre en œuvre le référendum des Sahraouis sur leur territoire qui est recherché depuis des décennies. Le Maroc est accusé d’avoir violé le droit international, que l’UE soutient.
Sevim Dagdelen, présidente du groupe parlementaire de gauche à la commission des affaires étrangères du Bundestag, le voit de manière très similaire. Elle considère le jugement comme « de gros commérages » pour l’UE et le gouvernement allemand, qu’elle accuse de poursuivre un « cours de consolidation économique vis-à-vis de la puissance occupante du Maroc ».
Au lieu de courtiser le royaume de Rabat avec des accords économiques et un partenariat privilégié au détriment des Sahraouis, le gouvernement fédéral doit enfin travailler activement au niveau de l’UE pour que le référendum de l’ONU sur l’avenir du Sahara occidental ne soit plus bloqué par le Maroc et par le droit international illégal L’installation d’une partie de la propre population dans les territoires occupés est compromise.Sevim Dagdelen
Ce qui est clair, cependant, c’est que derrière le comportement de l’UE, il y a aussi le chantage réussi du Maroc . En colère contre le comportement du gouvernement allemand, qui continuait à rechercher une solution sous l’ égide de l’ONU , et contre le fait que le patron du Polisario Brahim Ghali était soigné en Espagne, le Maroc a ouvert les frontières de l’enclave de Ceuta en mai. Plus de 8 000, pour la plupart des jeunes Marocains, se sont précipités à travers la frontière.
( Ralf Streck )
Telepolis, 01/10/2021

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*