Sahara Occidental : Libération du journaliste Mohamed Al Bambari après 6 ans dans la prison

Sahara Occidental, Maroc, Mohamed Bambari, répression, #Maroc, #Sahara,

Libération du journaliste sahraoui Mohamed Al Bambari après avoir purgé une peine de 6 ans dans les prisons marocaines
Équiper les médias
Sahara occidental occupé
26 septembre 2021
Les autorités marocaines d’occupation ont libéré aujourd’hui le journaliste sahraoui Mohamed Al Bambari après l’avoir détenu pendant 6 ans
Alors qu’il était accueilli par des proches aux portes de la prison d’Ait Meloul, des agents des services nationaux de renseignement et de sécurité prenaient des photos d’Al Bambary et de sa famille.
Al Bambary se rendra aujourd’hui à Dakhla occupé pour visiter les tombes de ses parents décédés alors qu’il purgeait sa peine.
Le 26 août 2015, le correspondant de Mohamed Al Bambary Equipe Media à Dakhla a été interpellé au commissariat sans connaître les charges retenues contre lui.
En septembre 2011, Al Bambary a fait état de manifestations pacifiques qui se sont finalement transformées en trois jours d’affrontements violents entre deux quartiers de Dakhla après la fin d’un match de football local. Les reportages d’Al-Bambary comprenaient des critiques de la réponse du gouvernement marocain à la violence.
Lorsque les autorités ont arrêté al-Bambary en août 2015, elles l’ont accusé d’avoir participé à ces événements il y a près de quatre ans, malgré le fait que les personnes impliquées dans les violences aient déjà été arrêtées, poursuivies et libérées des années auparavant.
Pendant sa détention, al-Bambary a déclaré qu’il avait été soumis à la torture dans le but d’obtenir de faux aveux. Les autorités l’ont forcé à signer des aveux, qu’il n’a pas été autorisé à lire ou à relire.
Quatre jours après son arrestation, le tribunal de première instance de Dakhla a condamné al-Bambary à un mois de prison pour incitation du peuple sahraoui à se révolter contre les autorités marocaines en 2011. Cette peine a ensuite été révisée par la cour d’appel d’El-Aaiun à 12 années de prison commuées plus tard en six ans de prison.
Al-Bambary a régulièrement organisé des grèves de la faim pour protester contre sa condamnation. En conséquence, sa santé s’est détériorée et il avait une tumeur au cou.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*