El Djeïch : La stabilité de l’Algérie au-dessus de toute considération

Algérie, Maroc, MAK, Rachad,

Les terribles incendies criminels que notre pays a connus récemment ont prouvé ce que le Haut commandement de l’Armée nationale populaire avait affirmé à maintes reprises quant à l’exposition de notre pays à des plans malveillants dont les fils sont tissés à l’étranger et exécutés par des traîtres et des agents, dans l’objectif de saper l’unité territoriale et populaire et d’ébranler la cohésion nationale.
Indépendamment des intentions et des objectifs qui sont devenus apparents et clairs, l’ampleur de ces incendies a révélé la profonde rancœur de ceux qui les ont fomentés et ceux qui les ont exécutés, envers notre pays, dans une nouvelle et vaine tentative de l’affaiblir, en suscitant la fitna entre les enfants d’un même peuple, du même pays, et le désespoir chez les citoyens.
Les enquêtes des autorités sécuritaires spécialisées ont prouvé indubitablement l’implication des deux organisations terroristes «MAK» et «Rachad» dans la guerre féroce menée contre notre pays, et dans les crimes odieux qu’ont été les incendies qui, outre les pertes humaines, ont affecté le patrimoine forestier, la faune et la flore et l’équilibre environnemental dans de nombreuses wilayas du pays, causant ainsi de lourdes pertes à l’économie nationale. Ceci sans oublier la torture barbare et le crime odieux perpétré à l’encontre d’un citoyen algérien innocent.
Et comme toutes les fois que le pays avait eu besoin de ses braves enfants, les éléments de l’Armée nationale populaire se sont, dès le début, lancés dans un élan héroïque pour sauver les populations piégées par les incendies, et la fine fleur de ces éléments ont offert leur vie pour la Patrie et pour sauver leurs concitoyens. Par ce sacrifice et cet acte héroïque inestimable, ils ont ainsi fait échec à un des nombreux complots et plans hostiles visant l’Algérie et son peuple.
En cette circonstance cruciale, les images éloquentes et expressives de cohésion, de solidarité et de synergie entre l’armée et le peuple dans les wilayas de Tizi Ouzou et Béjaïa, en particulier, et du peuple, en général, ont apporté le plus cinglant des démentis aux allégations et mensonges des militants des espaces virtuels et des bonimenteurs ainsi qu’aux rumeurs et désinformation distillées par les traîtres et ceux qui les soutiennent. Elles ont également prouvé la cohésion indéfectible entre le peuple et son armée, la fraternité et la solidarité inouïes entre les enfants du peuple et que les plans hostiles, aussi nombreux et variés soient-ils, se heurteront à la détermination du peuple à les dévoiler, à les rejeter, et à leur faire échec.
La référence à des plans hostiles nous amène nécessairement à parler de l’implication du Makhzen, d’une manière ou d’une autre, dans ce crime odieux et impardonnable, en vertu du lien fort et avéré du Maroc avec les deux organisations terroristes susmentionnées, dans la série d’agressions et d’actes hostiles qu’il a menés depuis l’indépendance de notre pays, bafouant les lois et les coutumes internationales et le principe de bon voisinage, de coopération et de confiance mutuelle, que l’Algérie a tenu à établir de bonne foi, pendant que le Makhzen s’entêtait à engager les relations algéro-marocaines dans une impasse de laquelle il serait difficile de sortir.
L’Algérie a fait preuve, depuis longtemps, de retenue face aux graves et méthodiques provocations du Maroc contre l’Algérie, dans son insistance à nuire à notre pays. Une des dernières en date a été d’offrir, à partir de son territoire, une tribune à un ministre de l’entité sioniste en l’encourageant à émettre de fausses accusations contre notre pays et à proférer des menaces à peine voilées, ce qui reflète l’extrême hostilité que le Makhzen nourrit à l’encontre de notre pays.
Avant cela, il y a eu les déclarations du ministre marocain auprès des Nations unies qui, en violation de tous les usages diplomatiques, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de deux pays «frères», en exprimant le soutien de son pays à un mouvement séparatiste classé terroriste et en appelant à l’atteinte de l’intégrité territoriale de l’Algérie.
A cela s’est ajoutée l’inertie du gouvernement marocain par rapport aux demandes d’explications sollicitées par l’Algérie auprès de ce gouvernement quant à sa position officielle vis-à-vis de cette dangereuse dérive.
La décision prise par l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc est souveraine et fondée, intervenant, comme nous l’avons mentionné, suite à des attaques et provocations nombreuses, répétées, attestées et connues de tous. Une décision cruciale et ferme prise par notre pays après avoir longtemps privilégié les valeurs de fraternité, de bon voisinage et de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays voisins et observé une attitude de retenue et de mesure pendant des décennies face aux actions hostiles et aux provocations constantes du Maroc.
L’Algérie, qui est entrée dans une nouvelle ère, est plus que jamais déterminée à marquer son attachement aux exigences de la souveraineté et de l’unité nationale, comme elle est prête à faire face vigoureusement à toutes les tentatives hostiles visant l’Etat et à éradiquer les organisations terroristes qui tentent en vain de saper sa stabilité, l’unité du peuple et du territoire. Ceci, en s’appuyant sur ses positions justes et immuables qui préservent à notre pays ses droits et son prestige, réaffirment l’unité du peuple qui se tient comme un seul homme aux côtés de ses dirigeants face à quiconque se hasarderait à nuire à l’Algérie des Chouhada.
El Djeïch nº 698, septembre 2021

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*