Maroc-Algérie: La mise à mort du gazoduc Maghreb-Europe

Maroc, Algérie, gazoduc Maghreb-Europe, #Maroc, #Algérie,

C’est officiel et confirmée. Le contrat d’exploitation du gazoduc Maghreb-Europe ne sera pas renouvelé après son expiration le 31 octobre 2021. Le ministre algérien de l’énergie vient d’informer l’ambassadeur espagnol à Alger, Fernando Moran Calvo-Sotelo, que « tout » l’approvisionnement en gaz passera dorénavant par Medgaz, qui relie Beni Saf (Algérie) à Almeria (Espagne).
Selon Echourouk, les statistiques relatives à ce gazoduc, mis en service en 1996, indiquent que le Maroc perçoit annuellement des revenus importants du transit du gaz algérien sur son territoire, et au cours des trois dernières années, les revenus du Maroc en 2018 se sont élevés à environ 170 millions de dollars, avant de baisser en 2019 jusqu’à 113 millions de dollars, puis à 56 millions de dollars en 2020.
« Le Maroc obtient ce revenu sous forme de gaz naturel, estimé à 600 millions de mètres cubes par an, qui est destiné à la production d’électricité à partir de deux centrales électriques », indique Echourouk.
L’expert en énergie, Mahmah Bouziane, a déclaré que le perdant de la non-extension du contrat est « le Makhzen marocain et les personnes affectées sont le peuple marocain, car les données techniques indiquent qu’en 2020, l’importation de gaz naturel du Royaume du Maroc était de 750 millions de mètres cubes, et l’approvisionnement de l’Algérie par le gazoduc Maghreb-Europe est de 600 mètres cubes, ce qui signifie que la consommation marocaine dépend du gaz algérien ».
« Deuxièmement, ajoute-t-il, sur 600 millions de mètres cubes de gaz, 89 % de l’électricité est produite au Maroc, à partir du gaz algérien. Troisièmement, l’Espagne paie au Maroc le passage du gazoduc par le territoire marocain.
La décision de l’Algérie de limiter les exportations du gaz au gazoduc Medgaz, contraindra le Maroc à importer du gaz de pays lointains tels que le Nigeria ou le Qatar et son transport augmentera considérablement son prix. La population marocaine en pâtira.
Selon le journal algérien, « même si le Maroc s’approvisionne en gaz d’autres pays, il ne dispose pas de capacités de stockage, ce qui rend difficile l’obtention de gaz à temps, selon l’expert Mahmah Bouziane, contrairement à ce qui se passe dans les pays européens ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*