Réfugiés ou séquestrés?

Un article apparu, le 21 septembre 2009, sur le journal royal Le Matin sous le titre de « L’autonomie, seule solution pour mettre fin au drame humanitaire des séquestrés de Tindouf » rappelle combien de fois les médias marocains utilisent cette expression. Cet article et ses semblables suscitent une question très importante : Y a-t-il des citoyens marocains qui, après les 34 ans du conflit du Sahara Occidental, croient encore que les réfugiés sahraouis en Algérie sont des séquestrés?
D’après les commentaires qui se trouvent sur les forums marocains de la haine, la réponse est oui.
Il est évident que la puissance avec laquelle les moyens de propagande du ministère de l’intérieur marocain bombarde ces citoyens ne peut que laisser des traces sur la jeunesse des RME, en particulier.
Les camps des réfugiés sahraouis accueillent, presque tous les jours, des délégations des ONG internationales, des journalistes et il y a même des bénévoles qui y restent pendant des mois pour offrir leurs services de solidarité aux réfugiés.
Le président du HCR est la dernière personnalité internationale qui y a séjourné. Il y est arrivé pour exprimer sa solidarité et son apport d’une aide de 12 millions de dollars. Il a bien dit « réfugiés sahraouis ». Pourtant, rien ne l’empêche de dire le contraire (séquestrés)
Il a déclaré aussi que plus de 8000 personnes ont bénéficié du programme des visites familailes entre les camps de réfugiés et les villes sous contrôle marocain. Disons que la moitié vient de chaque côté, c’est-à-dire, 4000 réfugiés se sont rendus à Laayoune et à Smara pour visiter leurs parents et sont retournés aux campements de Tindouf. Pourtant, ils auraient pu y rester s’ils le voulaient. Les Nations Unies n’empêcheront jamais un réfugié de rester à Laayoune ou à Smara s’il le demande.
Voilà une preuve que ces réfugiés sont là par leur volonté, parce qu’ils ne veulent pas d’un Sahara Occidental sous contrôle marocain, parce que l’invasion marocaine déguisée sous le nom de « Marche Verte » est la cause de leur exile, parce qu’ils attendent toujours de voir se réaliser leur rêve de pouvoir, un jour, choisir leur destin à travers un référendum libre et régulier, et pas d’une façon concoctée à la marocaine, comme cela arrive lors des fausses élections organisées par les autorités de la répression, la fraude, et la malversation.
Une partie de ces réfugiés se trouvent actuellement en Europe. Plus de 5000 personnes en Espagne. Ils se rendent chaque année aux campements pour visiter leurs familles et reviennent en Europe en toute liberté.
Des délégations des étudiants, des syndicats, des femmes participent chaque années dans les divers forums, réunions, congrès et rencontres internationales pour apporter la voix du peuple sahraoui et faire entendre ses revendications et ses aspirations.
L’administration marocaine n’épargne aucun effort pour cacher ces vérités au peuple marocain jusqu’au point de punir tout marocain qui ose parler de la vérité, comme le journaliste Ali Lemrabet interdit d’exercer son métier au Maroc pendant 10 ans. Pour la simple raison  qu’il a dit que ces sahraouis ne sont pas des séquestrés. Est-ce pour pour préserver les « principes sacrés » du peuple marocain? Absolument pas, c’est tout simplement pour continuer à cacher la vérité au peuple marocain, pour que celui-ci continue à courir derrière les bourdes du régime, à courir derrière l’erreur la plus grande jamais commise par la monarchie alaouite. Celle de s’en prendre à un peuple frère qui tient à son pays, à son territoire et à ses richesses naturelles.
Ceux qui croient encore que les réfugiés sahraouis sonrt des séquestrés croiront aussi «  la persistance de l’esclavagisme dans les campements sahraouis » croiront aussi à ce mensonge het à celui-ci  et continueront à tous à les mensonges racontés par les services du palais depuis 34 ans.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*