Un peu d’humour

Dans le cadre du processus de paix, quatre rounds de négociations ont eu lieu à Manhasset entre 2007 et 2008 et une rencontre, dite informel, à Vienne au mois d’août 2009.

Comme d’habitude, aucune information n’a filtré sur le déroulement des conversations entre le Front Polisario et le Maroc sur le sort du Sahara Occidental, à part un communiqué sur leurs bonnes intentions et la volonté de poursuivre le dialogue dans un proche délais. 
Composition des deux délégations :
Tayeb Fassi-Fihri : ministre des affaires étrangères marocain
Mohamed Yassine Mansouri : directeur général de la DGED
Malainin Khalihenna : secrétaire Général du CORCAS
Mahfoud Ali Beiba : Président du parlement sahraoui
Emhamed Khaddad : Coordinateur sahraoui avec la MINURSO 
Une chose est sûre, ils ont partagé pas mal de séances culinaires. Les sahraouis sont des grands addictes au thé à la menthe. Nous ne savons pas si les responsables du protocole ont prévu cela. Ce qui est sûr c’est que le thé sahraoui n’aurait pas été du goût des marocains parce qu’il est souvent trop concentré. 
 Alors, à force de ne pas être sur la même longueur d’onde, les marocains intransigeants sur leur proposition d’autonomie et les sahraouis ne cédant pas sur le principe de l’autodétermination avec l’indépendance comme troisième option, il est difficile d’imaginer que les discussions se prolongent jusqu’aux heures de table.
Dans ce cas, on peut imaginer le dialogue suivant entre les deux parties :
Mahfoud Ali Beiba : Vous voulez un thé à la menthe comme dessert?
Fassi-Fihri : Oui, pourquoi pas? Tu n’as pas mis quelque chose dedans? Moi, j’ai pas confiance.
Ali Beiba : Vous, toujours avec votre paranoïa de la conspiration. Rassure-toi, il n’y a rien.
Mansouri : T’en fais pas, Taïeb, je suis là, c’est pour cela que je suis le patron de la DGED. Tout passe sous ma loupe.
Malainin : Moi aussi, je veux bien.
Ali Beiba : Non, toi t’en pas le droit parce que t’es un traître. Pourquoi Khalihenna n’est pas venu cette fois-ci?
Malainin : Parce que c’est moi, maintenant, le patron du CORCAS.
Ali Beiba : Mansouri, t’as grossi un peu depuis notre dernière rencontre à Manhasset. Tu devrais faire attention, c’est pas bon pour la santé.
Mansouri : Bien sûr, au Maroc on mange bien, pas comme chez vous à Tindouf, toujours dans l’attente de votre ration du PAM (Programme alimentaire Mondial)
Ali Beiba : Autant les lentilles et le riz que nous rabaisser à baiser la main du roi.
Khaddad : Oui, mais ça fait un moment que les rations d’aide humanitaire sont coupéss à cause des pressions de l’administration Bush. Alors, il faut profiter de l’occasion, Mahfoud.
Mansouri : Ecoute, Mahfoud, je vais te donner un conseil, tu devrais goûter les délices du palais royal. Tu pourras plus t’en passer. Surtout toi tu seras gâté mieux que quiconque.
Ali Beiba : Ah oui, comme les autres! Après avoir passé à la télé, je serai jeté comme une vieille loque. Non, merci.
Fassi-Fihri : Je te donne ma parole, tu vivras comme un roi.
Ali Beiba : Vous, les Fassis, vous n’avez pas de parole et vous êtes réputés des grands menteurs. Et en plus je me suis habitué à vivre dans les grands espaces de la nature, alors vivre enfermé entre quatre murs c’est pas mon genre. Toi aussi, Tayeb, tu devrais voir les étoiles dans les nuits du Sahara. Je suis sûr que t’oublieras tout ce que t’as mangé au palais et tu rallieras notre cause.
Fassi-Fihri : Non, je suis allergique à toute cause, même la cause palestinienne. Moi, la seule cause que j’ai c’est ma famille et la famille royale.
Khaddad : Tu n’as jamais craché involontairement sur la main du roi quand tu fais le baisemain?
Mansouri : Il ne serait pas là s’il l’avait fait.
Tous : Hahahahahahaha!

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*